2012

2012/06 - lettre à Madame Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des Femmes

Paris, le 27 juin 2012.

Madame la Ministre,

Nous vous faisons part de la demande que nous avons adressée à Mme Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, concernant la spécialité de Gynécologie médicale.

Femmes, nous avons la chance de bénéficier de la compétence et de l’expérience des gynécologues médicaux. Leur pratique a permis aux femmes de notre pays de bénéficier d’indices de santé parmi les meilleurs au monde.

Notre Comité de Défense de la Gynécologie Médicale (CDGM), fort du soutien de millions de femmes et de nombreux praticiens, avait obtenu, après une interruption de 17 ans, le rétablissement de la formation à cette spécialité, avec le diplôme, en 2003.

Mais quelle est la situation actuellement ? Le nombre de médecins exerçant cette spécialité diminue de manière plus qu’alarmante du fait des départs à la retraite, de la suppression de la formation pendant 17 ans, et maintenant du nombre très insuffisant de nominations à l’Examen National Classant permettant aux médecins d’accéder à la formation à cette spécialité irremplaçable.

Il en résulte aujourd’hui qu’une grande majorité de femmes ne peuvent plus consulter de gynécologues médicaux, et particulièrement les jeunes. Ce qui nous inquiète aussi beaucoup pour l’avenir.

Nous avons développé tous ces arguments dans une lettre-mémorandum que nous avions envoyée à chacun des candidats à l’élection présidentielle et que nous vous joignons*.

Six candidats nous ont répondu (et nous avons été reçues par l’équipe de campagne de François Hollande). Ils reconnaissent la gravité de la situation, et aucun d’entre eux ne remet en cause le caractère indispensable de la gynécologie médicale.Madame la Ministre, les femmes ont le droit de continuer à bénéficier de cette prise en charge spécifique qu’est la gynécologie médicale. Et il nous est insupportable d’imaginer que nous-mêmes, nos filles et nos petites-filles puissions être privées de ce droit, qui a donné à des millions de femmes, depuis plusieurs générations, les meilleures chances de santé et de vie.

C’est la raison pour laquelle, Madame la Ministre, nous faisons appel à vous, qui êtes en charge des droits des femmes. Car il nous serait précieux que vous puissiez appuyer notre démarche auprès de Mme Marisol Touraine.

Nous sommes bien sûr tout à fait disponibles pour vous rencontrer si vous le souhaitez, et vous exposer de vive voix la réalité d’une situation qui de jour en jour s’aggrave.

Convaincues que vous serez sensible à notre demande, et dans l’attente d’une réponse favorable de votre part, nous vous prions de trouver ici, Madame la Ministre, avec nos remerciements, l’expression de notre attachement au droit des femmes à la santé.