Documents 2018

2018/03/08 Parmi des milliers quelques témoignages de femmes.

« Ma gynécologue me suit depuis 30 ans. C’est elle qui m’a conseillée pour la contraception, elle qui a posé mes stérilets, elle qui a suivi mes trois grossesses, et c’est elle qui surveille maintenant les risques liés à l’âge tels que cancer du sein ou autre. Je sais qu’elle ne sera pas remplacée lorsqu’elle partira en retraite. Je ne sais pas ce que je ferai. Nous sommes la génération qui a eu la chance de pouvoir être suivies depuis notre adolescence, contrairement à nos mères et à nos grands-mères, et je pense que, malheureusement, ce ne sera pas aussi simple pour nos filles. Les progrès de la médecine ont beau être importants, la suppression ou diminution des gynécologues médicaux est un énorme recul, il faut y remédier au plus vite. »

« L’accès à la gynécologie médicale est un droit inaliénable pour toutes les femmes, une condition essentielle à leur santé. »

« Moi, si les gynécos n’existaient pas, je serais morte à l’âge de 26 ans !... »

« Il est important pour moi de consulter, car j’ai vu autour de moi des jeunes femmes mourir car non suivies (cancer de l’utérus). J’ai eu moi-même en 2000 un frottis avec infection cancéreuse phase 1. J’ai mesuré alors la chance que j’avais eue de consulter régulièrement. Ma gynéco me suit à tous les stades de ma vie de femme. »

« Ma sœur est en rémission d’un cancer du sein et ma mère est suivie car malformation de l’utérus et problème au sein. Avoir accès à une gynécologue médicale doit être à la disponibilité de chacune et pas un luxe. »

« Ma visite chez ma gynéco était utile et rassurante. Je viens de baisser les bras, car depuis le départ à la retraite de ce médecin, le parcours du combattant a commencé pour moi. »

« Pas de suivi gynécologique depuis des années. Mon gynécologue est parti en retraite et n’a pas été remplacé »

« Depuis le départ à la retraite de ma gynéco exerçant à 50 km de chez moi, il y a trois ans, je n’ai plus de suivi. »

« Après deux ans dans cette région, impossible de trouver une gynéco. J’obtiens toujours la même réponse : plus de nouvelles patientes. Résultat : personne n’a suivi ma ménopause, et bientôt 5 ans sans frottis. »

« Après un cancer du sein, je dois être suivie. Ma gynéco est partie à la retraite et n’a pas été remplacée. »

« Dans le Jura, 3 gynécologues médicales étaient en exercice. La dernière à Dole vient de prendre sa retraite... »

« Je prends mon RV pour l’année suivante en sortant de ma consultation. C’est inadmissible. »

« Le prix à payer pour les femmes peut être terrible. Par exemple pour cette amie, qui, depuis le départ à la retraite de sa gynécologue médicale il y a trois ans, n’a pu consulter, et qui vient de subir l’ablation d’un sein. »

« J’ai partagé avec ma gynécologue des moments d’une grande intensité, parfois tristes (fausse couche après traitement de stérilité), puis heureux (accompagnement d’une grossesse) et suivi régulier depuis. A chaque instant ce fut une rencontre humaine placée sous le signe de la confiance dans sa compétence et dans les conseils que sa formation et son expérience lui permettent de rendre le plus pertinents possible. »

« C’est le seul médecin avec lequel une femme peut parler en toute liberté de problèmes intimes spécifiques. »

« (...) Etant moi-même une « fille Distilbène », je suis particulièrement sensible à la nécessité pour les femmes de tous âges d’être suivies sur le plan gynécologique par des médecins spécialistes bien informés de toutes ces pathologies et des traitements à mettre en place. »

« J’ai 55 ans et j’ai trois filles de 19, 21 et 23 ans. Elles ont beaucoup de difficultés à trouver une gynécologue. Certaines gynécologues ne prennent plus de nouvelles patientes. Mes deux filles aînées n’ont jamais consulté de gynécologue car c’est trop compliqué, l’attente est trop longue. Les conséquences risquent d’être graves. »

« J’ai 20 ans et je suis rassurée d’avoir le sentiment d’être écoutée concernant ma contraception, ma vie intime, mes inquiétudes, sans tabous. Les gynécologues sont indispensables à la santé et au bien-être de toutes. »

« Ce fut un réel progrès pour la vie des femmes, ce serait une régression de civilisation si on ne pouvait plus être suivie correctement. »

« Mon gynécologue m’a sauvé ma féminité et ma vie. »



Dans la même rubrique...